Au sommaire de Livres au Top
Tendances de l'autre coté de l'Atlantique
             
Tendances de l'autre coté de l'Atlantique

Rencontre avec Celia Sacks, propriétaire de «Omnivore Books on Food» à San Francisco.
Experte renommée en livres anciens, Celia Sacks a ouvert sa boutique en 2008.
«Omnivore Books on Food» est devenu, par ses conférences et ses séances de dédicaces, un lieu autant privilégié par les professionnels que pour les amateurs.

Couleur Saisons: votre « Top 5 » en cuisine et pâtisserie en janvier et février ?
Celia Sacks : Il est un peu difficile de le dire, parce que certains ont été vendus pendant des dédicaces à la boutique , comme «Country Cooking of Italy» par Colman Andrew.


En général, les livres sur la cuisine des légumes marchent très bien, comme «Plenty» de Yotham Ottolenghi , «Super Natural Every Day» de Heidi Swanson, ou «Whole Beast Butchery» de Ryan Farr, qui sont très populaires.
Je pense que les clients apprécient de réaliser des choses eux-mêmes. Préparer la viande en saumure, faire de la conservation de fruits et légumes…et même de l'apiculture.

« Miette» Recipes from San Francisco's Most Charming Pastry Shop, est le plus vendu en pâtisserie, parce que c'est une chef d'ici, qui met en valeur le local et les habitants de San Francisco adorent.

Coté professionnels, quels sont les ouvrages les plus demandés ?
Cela va vous faire plaisir ! «Michel Bras' Essential Cuisine», très apprécié pour ses sources d'inspiration en design et le dressage des assiettes.
Il y a aussi «Noma» de René Redzepi et «Quay», Food inspired by nature du chef australien Peter Gilmore.

Remarquez-vous ces derniers mois, tendance particulières dans les choix des clients ?
Pour moi, la cuisine traditionnelle, -comme je l'ai dit plus haut-. Elle est très appréciée, particulièrement dans la Baie de San Francisco, et pas seulement par les jeunes qui aiment faire leur propre pain, beurre, vinaigre, pizza etc.
Dans la Cuisine régionale, celle de Californie plaît beaucoup, mais beaucoup moins celle du Sud, trop riche en graisses ! (du genre tomates vertes frites)
Quant aux cuisines étrangères, celle de Scandinavie, du Moyen Orient (particulièrement la marocaine).
En pâtisserie, c'est tout Macarons ! Merci beaucoup Pierre Hermé.

Coté chefs français, à part Michel Bras, remarquez vous d'autres préférences ? (comme « Nature » de Alain Ducasse)
Oui, ce nouveau style de cuisine française est intéressant. Il plaît parce que c'est bon, frais, sain, avec beaucoup de légumes. «Nature» d'Alain Ducasse est un bon exemple.
Anne-Sophie Pic, Hélène Darroze, Michel Bras et Pierre Hermé sont très respectés. Aussi, Jacques Pepin, quoique je pense qu'il presque américain !

« Omnivore Books on Food » a aussi une spécialisation reconnue dans le domaine des livres anciens. Auxquels s'intéressent le plus vos clients professionnels ?
Ils cherchent les livres récents mais qui sont épuisés. Pour s'informer, ils veulent les parutions de el Bulli de Ferran Adria (el Bulli 1994-97, etc.), ou «Room for Dessert» de David Lebovitz.

Dans des livres plus anciens, les livre de cuisine -curieusement du Sud- , des livres sur l'agriculture (en Alabama, Géorgie, etc.). Ou ceux traitant de la boucherie, qui restent très populaires.
Aussi, les premières éditions d'auteurs célèbres, comme James Beard , M.F.K. Fisher ou Richard Olney*.



Si vous passez par San Francisco…

« Omnivore Books on Food »

3885a Cesar Chavez Street
(at Church Street)

Tél: (00) (1) 415.282.4712



*n.r. Quelques informations sur les certains auteurs dont parle Celia Sacks pour les livres anciens. Des références, car leur réflexions et leur travail on pesé dans l'histoire de la cuisine, bien au delà du continent américain.

James Beard, dont la Fondation est une référence, a disparu en 1981. Nommé le «Doyen de la cuisine américaine», il a été pionnier la promotion des produits locaux, premier à s'être intéressé aux traditions régionales et l'importance de leur rôle dans la cuisine «nationale».

Mary Frances Kennedy Fisher (1908-1992), fait partie des plus grand auteurs américains. Les 27 livres qu'elle a écrits étaient plébiscités par ses connaissances et la manière de les partager, abordant tout autant la cuisine, l'art de vivre, la littérature, les voyages. Elle a aussi traduit la «Physiologie du Goût» de Brillat-Savarin.

Disparu en 2009, Richard Olney était réputé pour sa connaissance de la cuisine française (il a vécu plusieurs années en France). Ardent défenseur du terroir et des produits de saison, il est à l'origine (il y a un demi siècle!), de l'expression « locavore ». Un très bel article sur lui dans le New York Times.

--- retour au sommaire ---